LE SERVICE D'ACCUEIL PERISCOLAIRE

Refus de céation des postes d'animateurs, refus des aides de la caisse d'allocations familiales, dénigrement des agents, actions en justice contre le maire, tout a été tenté pour imposer un prestataire extérieur sans jamais démontrer l'intérêt que cela représenterait pour les familles ou la collectivité. Malmené depuis trois ans par les élus du groupe d'opposition majoritaire, le service d'accueil périscolaire communal illustre la détermination de la municipalité à développer et maintenir des services de proximité de qualité et abordables pour les familles et leurs enfants.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres du conseil d’administration,

C’est avec une profonde tristesse et un indicible sentiment de gâchis que vous me voyez contraint de vous informer qu’après trois délibérations successives : le 7 juin 2011, le 17 juin 2011 et le 20 septembre 2011 et trois réunions de commissions : commission des affaires scolaires du 14 juin 2011, commission des finances du 12 août 2011 avec la participation du conseiller technique de la Caf, M. Daniel Arcker et commission plénière du 1er septembre 2011 avec la participation du conseiller technique de la Caf, M. Daniel Arcker,

les élus du groupe majoritaire au conseil municipal de Vigy ne m’ont pas autorisé à solliciter l’intervention de la Caf au titre de la PSO ni à signer le contrat enfance et jeunesse que le conseil d’administration avait pourtant validé.

Malgré toute la pédagogie déployée, malgré toutes ces heures de réunion durant lesquelles j’ai essayé, avec l’aide des services de la Caf, de faire prendre conscience aux élus de cette impérieuse nécessité de développer et d’optimiser notre politique d’accueil périscolaire en mobilisant tous les partenaires concernés, malgré la latitude - confirmée par vos services - que conservait la commune de choisir et de modifier en cours de contrat le mode de gestion entre une gestion en régie communale et une éventuelle délégation de service public, malgré tous ces efforts et toute cette énergie investis dans la défense de l’intérêt général et plus particulièrement celui des familles et de leurs enfants, je ne peux que constater les décisions prises dans toute leur brutalité et leurs conséquences sur les finances communales.

Je souhaite en mon nom, en celui de Marie-Claire Leclaire, deuxième adjointe en charge des affaires scolaires et de tous les élus de mon équipe remercier les services de la caisse d’allocations familiales de la Moselle pour leur disponibilité et pour toute l’aide qu’ils nous ont apportée depuis le printemps sur ce dossier. Ainsi va (parfois) la démocratie…

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, l’expression de ma considération distinguée.